Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

mardi 21 mars 2017

Extraits du témoignage d’Abdallahi Abaha




Sidi Abdallahi Abaha était le deuxième accusé à être interrogé : La vérité est que le peuple sahraoui est opprimé depuis 40 ans. Abdallahi a commencé par dire que le seul représentant du peuple sahraoui est le Front Polisario qui veut l'autodétermination pour le Sahara Occidental. Deux des avocats de la défense n'ont jamais été autorisés à parler à leurs clients.
" On nous a dit que le tribunal militaire serait équitable et au final ils nous ont condamné sans preuve, ce nouveau procès est pareil." Il a été refusé de faire l'expertise médico-légale parce que son avocat avait exigé un médecin indépendant conformément au protocole D'ISTANBUL. Le procès ne peut continuer sans que l'expertise médico-légale soit terminée.


Abdallahi a lancé un appel à la communauté internationale et à toutes les organisations pour qu'ils fassent pression pour que la Minurso ait inclus dans son mandat la protection de la population sahraouie.



Après son arrestation il a été torturé pendant trois jours sans interruption pour accuser Bachir Boutanguiza de profanation d'un cadavre, comme il ne l'a pas fait a continué d'être torturé aussi en prison, battu, arrosé d'eau froide, menacé, déshabillé,  obligé de courir dehors , 23 jours de torture systématique.
En ce qui concerne la vidéo qui circule sur Youtube, tout le monde peut voir que le camp de gdeim gdim était calme et tous étaient endormis avant l'attaque. Si vous voulez la vérité, demandez pourquoi les autorités marocaines ont attaqué le camp !

C’est la deuxième partie d'une pièce de théâtre qui a commencé dans le tribunal militaire.
Ce tribunal n'a pas compétence pour les juger, ce devait être le tribunal de Laayoune, et si ç'avait été le cas ce serait comme un référendum pour les Sahraouis dans les territoires occupés.