Chers amis lecteurs solidmar,


Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 18 mars 2017

Imider/ Beni Oukil.. Stop au harcèlement des militants pour une justice climatique.


Alors que les habitants de la commune d’Imider continuent de résister face à l’exploitation de leurs ressources minières et hydrauliques en maintenant leur sit-in sur le mont Alebban pour la sixième année consécutive, les autorités continuent de les combattre avec le même acharnement, et toujours les mêmes méthodes.
Ainsi, plus d’une trentaine de militants d’Imider ont été interpellés et certains ont été condamnés à des peines d’emprisonnement.
Le 19 février dernier, une dizaine de jours après son arrestation, le militant Ahmed Ammad a été condamné à 3 mois de prison avec sursis; le 9 mars a démarré (?) le procès de son camarade Said Madri qui a été arrêté le 23 janvier avant que la police n’appréhende Abderrahman Akhidir le 22 février.
Cette lutte acharnée contre les militants ne vise pas seulement nos camarades à Imider. Dans l’Oriental, à Beni Oukil, la résistance qu’ont exprimé les habitants face à la mise en place d’une carrière mettant en péril l’équilibre biologique (?) dans la région, a conduit à l’arrestation de deux leaders du mouvement, Mohamed Akkad et Mohamed Ennaimi qui, aux côtés de 14 autres activistes, ont été condamnés par la justice.
Nous, militants d’ATTAC Maroc :
-        Dénonçons ces campagnes de répression menées par les autorités locales à l’encontre des militants écologiques à Imider, Beni Oukil..
-        Nous nous félicitations de la mise en liberté de Mohamed El Akkad, Mohamed Ennaimi et leurs 14 camarades et dénonçons leur condamnation à des peines de prison et des amendes.
-        Demandons la libération immédiate de tous les militants emprisonnés à Imider, et l’arrêt des poursuites judiciaires à leur encontre.
-        Réitérons notre entière solidarité avec les militants en sit-in sur le mont Alebban et les luttes des habitants de Beni Oukil contre les projets nuisant à l’environnement et à l’homme.
-        Appelons à plus de solidarité et de sensibilisation sur les questions environnementales qui s’articulent inévitablement avec les autres questions sociales, économiques et politiques.
-        Réitérons notre volonté de construire un mouvement pour une justice climatique dont l’activité ne se limite pas la saisonnalité imposée par les sommets mondiaux sur l’environnement.