Chers amis lecteurs solidmar,


Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

dimanche 12 mars 2017

Mépris à Rabat, mépris à Alger


opinion

  11/3/2017, Par IGNACIO CEMBRERO | Actualité 

Le nouveau ministre espagnol des Affaires étrangères, Alfonso Dastis, avait effectué une visite à Rabat le 13 février. Durant la préparation de son voyage, les diplomates espagnols avaient demandé qu’il puisse s’entretenir avec Abdelilah Bekirane vainqueur des élections d’octobre dernier et chargé par le roi Mohamed VI de former un gouvernement, une tâche dont il n’arrive pas à s’acquitter à cause des entraves que lui met Aziz Akhnnouch, un homme d’affaires, très proche du monarque, récemment propulsé à la tête d’un petit parti politique.
L’audience avec celui qui est en théorie le chef l’exécutif fait d’habitude partie de l’agenda du patron de la diplomatie espagnole lorsqu’il se déplace à Rabat. Mais les fonctionnaires marocains des Affaires étrangères, un ministère de souveraineté, donc sous l’autorité du palais royal exercée à travers Nasser Bourita, ont répondu à leurs collègues espagnols qu’il n’était pas nécessaire de fixer un rendez-vous avec Benkirane. Cet islamiste modéré était en quelque sorte politiquement fini aux yeux du palais.
Le chef de la diplomatie espagnole était en visite à Alger le 8 mars et, lors de la préparation de son déplacement, une audience avec le président Abdelaziz Bouteflika était prévue pour le lendemain. Le chef de l’État algérien a pour habitude de recevoir les ministres espagnols des Affaires étrangères lorsqu’ils se déplacent à Alger.  Le rendez-vous a cependant été annulé à la dernière minute sans aucune explication. Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères, est allé jusqu’à nier le fait que la rencontre ait figuré dans l’agenda de son hôte espagnol.
La présidence de la République algérienne avait déjà annulé, le 20 février, la visite de la chancelière allemande Angela Merkel à cause d’une « bronchite aiguë ». Le 6 mars c’est la présidence iranienne qui a pris l’initiative de renoncer, sans donner d’explications, à ce que le président Hassan Rohani se rende à Alger le 12 mars dans le cadre d’une tournée africaine.

Lire l'article